Amicale des Pêcheurs de l'Etang de Cessy
 

Étude de l’écrevisse américaine Orconectes limosus (Rafinesque, 1817) dans

l’étang de Cessy, Pays de Gex, 01170 (France)

III. Le cycle reproductif d’O. limosus

 

David Baldry

Amicale des pêcheurs de l’étang de Cessy

315, rue des Marguerons, 01170 Cessy, France

 

Summary

            During 2006 and 2007, baited traps were used to study the reproductive cycle of the spiny-cheek crayfish O. limosus in Cessy pond in eastern France. Well-defined mating seasons were observed during October to December 2006 and during October and November 2007. When each mating season came to an end, female crayfish soon disappeared from trap catches, but males continued to be caught. At other times of the year mating pairs were rarely seen.

            In 2006 it was not possible to witness the spawning season. However, in 2007 observations were made on a largely well-defined spawning season. Berried females were first observed at the end of April, while females carrying juveniles were last seen at the end of May.

            It was believed that between the end of mating and the beginning of spawning, the majority of females hibernated and that their preferred over-wintering refuges were provided by crevices and cavities in parts of the bank where large limestone boulders were used for bank consolidation to obviate the risks of erosion. For reasons that are not yet understood, the most popular places for mating and spawning appeared to be in water adjacent to that type of rocky bank. It is thus suggested that, in ponds and small lakes, where there are such rocky situations and where there are concentrations of O. limosus during mating and spawning seasons, intensive trapping at those sites might offer an effective way of reducing a population that is judged as being over-productive.

   

Introduction et objectifs

Lorsque nous avons commencé notre étude de l’écrevisse américaine Orconectes limosus à l’étang de Cessy au printemps 2006, presque aucune information n’était disponible sur sa reproduction, si ce n’est que l’on pouvait recueillir de jeunes spécimens dans la végétation aquatique en automne, ce qui voulait dire que ces juvéniles s’étaient développés à partir des oeufs produits dans l’année, au printemps ou au début de l’été. Ces renseignements n’avaient guère d’utilisation pratique pour nous : en effet, par de récentes publications sur l’écologie de populations européennes d’O. limosus (examinées par Holdich et Black, 2007), nous avions appris qu’il y a des différences significatives de comportement reproductif d’une localité à une autre.

Un des objectifs de l’enquête de Cessy était donc de déterminer la séquence des événements dans le cycle reproductif d’O. limosus et de voir comment on pouvait le comparer avec le cycle connu d’autres populations européennes. Si nous pouvions trouver une correspondance équivalente, les renseignements d’autres régions en Europe pourraient nous aider à estimer son potentiel d’expansion.  

Un deuxième objectif était d’essayer d’identifier des phases du cycle reproductif d’O. limosus qui constitueraient des chaînes faibles dans la séquence d’événements, offrant ainsi des possibilités d’introduction de mesures de lutte qui permettraient de réduire la taille de la population à Cessy, s’il était jugé nécessaire de prendre ce genre de mesures.

 

L’étang de Cessy

            Généralités

            On trouvera quelques renseignements généraux sur l’étang de Cessy dans les deux premières parties de cet article (Baldry, 2007a et Baldry, 2007b).

Données hydrologiques et climatiques

Des données hydrologiques et climatiques supplémentaires concernant les études sur la reproduction d’O. limosus sont présentées au Tableau 1. Bien que la température de l’eau n’ait pas été systématiquement mesurée en octobre et novembre 2006, on a noté qu’elle est passée d’environ 14 °C les 23 et 24 octobre a environ 3 °C à la fin de novembre.

            La partie de l’étang retenue pour l’étude

            La partie sud-ouest de l’étang (secteurs S1, O1 et O2) a été choisie parce que l’on pouvait y accéder facilement depuis le parking, parce qu’elle n’était pas trop fréquentée par les visiteurs et parce qu’elle semblait être la partie où le nombre d’écrevisses était en général le plus élevé. En outre, il y avait deux raisons pour lesquelles ce coin n’était pas très fréquenté par les pêcheurs : tout d’abord, il était interdit de pêcher dans le secteur entouré de berges empierrées ; ensuite, comme il ressort de la Figure 1, il y avait des arbres et des arbustes au bord de l’eau, certains avec un système radiculaire sous-marin fort étendu ou ayant une canopée qui s’étendait bien au-dessus de l’eau. Cette partie de l’étang était donc un coin relativement sûr pour placer les nasses.

Malheureusement, au cours de l’étude, la massette à large feuilles (Typha latifolia) a colonisé de plus en plus l’extrémité ouest du Secteur O1, près de la berge empierrée, à tel point que la pose de nasses a dû y être abandonnée.

 

                        

Figure 1. Carte de la partie sud-ouest de l’étang de Cessy. Abréviations utilisées : a – arbres et arbustes riverains ; be – berge empierrée; Sr O1, Sr S1, etc.- secteurs de la berge ; pp – pont en pierre.

 

Techniques et méthodes d’étude

            Les détails des techniques utilisées ont été exposés dans les deux premières parties de cet article. Ajoutons seulement que lors des phases critiques du cycle reproductif de l’écrevisse, nous avons fait l’effort de relever les nasses, de les vider et de les remettre en place chaque jour.

 

Composition des prises d’écrevisses

            On trouvera au Tableau 2 les chiffres relatifs au nombre d’écrevisses étudiées entre avril 2006 et novembre 2007.  

                                                                                                                                                  

Tableau 1. Températures de l’eau de l’étang de Cessy (de la jonction des secteurs O1 et S1) et températures de l’air enregistrées à Cessy Sud et relevés des hauteurs d’eau ou de neige transformée tombée (pluviométrie) sur Cessy Sud (décembre 2006 à novembre 2007)

 

  Temp. de l’eau °Ca            Temp. de l’air °Cb              Pluviométrieb

Période             min.  moy.     max.             min.   moy.      max.                   mm                   

Décembre         2,0       3,2       4,5                 -5,8       3,28      15,0                    82,4

Janvier              3,5       5,3       7,0                 -9,2       4,45      15,7                  175,6

Février              2,5       5,4       7,0                 -1,5       5,49      15,8                  204,5

Mars                  7,0       8,1     10,0                 -1,2       7,01      18,9                  120,5

Avril               10,0     16,2     20,5                   2,0     15,90      29,2                    31,0

Mai                 16,5     18,8     22,0                   4,0     16,00      31,6                  164,6

Juin                 15,5     18,6     21,0                   9,3     19,54      33,5                  353,0

Juillet              14,5     19,8     24,0                   9,4     19,72      33,6                  141,7

Août               17,0     20,5     23,0                 10,2     19,34      32,6                  130,6

Septembre       15,0     17,2     22,0                   6,1     14,82      27,4                    93,5

Octobre           10,0     13,1     17,5                 - 0,1     10,85      23,4                    13,3

Novembre         5,0       7,4     10,0                 -4,4        4,03      15,0                  101,3                 

a Données recueillies par l’auteur.  b Données de Coosemans (2007).

 

 

Tableau 2. Nombre d’O. limosus étudiées entre avril 2006 et novembre 2007

 

                                     Mâles                          Femelles                             

Période :               Nombre      %              Nombre      %               Total_         

Avril (2006)                42          91,3                   4          8,7                 46                

Mai                               3        100,0                   0              0                  3                

Juin                             43          21,7               155         78,3               198                

Juillet                          10          55,5                   8         44,4                18               

Août                           77          67,5                37         32,5               114                

Septembre                   20          95,3                   1           4,7                21 (mois de vacances)        

Octobre                       96          77,4                 28         22,6              124                

Novembre                   99          71,7                39         28,3               138                

Décembre                   62          84,9                 11         15,1                 73    

Total partiel :           452         ­61,5               283         38,5              735 

Janvier (2007)             16          94,1                   1          5,9                  17                           

Février                        17          85,0                   3        15,0                  20                           

Mars                            42        100,0                   0             0                 42    

Avril                           47        100,0                   0             0                  47    

Mai                             54          31,0               120        69,0               174    

Juin                             75          51,7                 70        48,3                145

Juillet                          46          56,1                 36        43,9                  82

Août                           21          63,6                 12        36,4                  33

Septembre                     8          53,3                   7        46,7                  15 (mois de vacances)

Octobre                       72          66,7                 36        33,3               108

Novembre                   69          85,2                 12        14,8                  81                

Total partiel :                      467          61,1               297        38,9               764

TOTAL

GENERAL :                     1317          60,3               865        39,6              2182

 

 

Quelques chiffres biométriques

            En 2006, la plus petite femelle a été capturée dans une nasse le 10 octobre: elle mesurait 26 mm de longueur de carapace (LC). Le plus petit mâle, pris le 12 novembre, mesurait 23 mm de LC. On assume que ces deux spécimens étaient nés au début de 2006 (à la fin du printemps ou au début de l’été).

Les plus gros spécimens ont été piégés en novembre: une femelle le 1er novembre, LC de 55 mm ; un mâle de 50 mm de LC capturé le 26 novembre.

En 2007, la plus petite femelle a été capturée le 28 octobre: elle mesurait 21 mm de LC. Le plus petit mâle, pris le 11 mai, mesurait 21 mm de LC. Ils étaient les plus petits spécimens pris dans une nasse depuis le début de l’étude de Cessy.

Les plus grosses femelles ont été piégées le 30 janvier, le 12 avril, le 3 juin et le 9 juillet: leur LC était de 50 mm ; un mâle de 55 mm de LC a été capturé le 18 octobre.

 

Observations sur l’accouplement d’O. limosus en 2006

Entre le 4 avril et le 23 octobre, 462 O. limosus ont été capturées : 250 mâles (54,1%) et 212 femelles (45,9%). Aucun spécimen n’a été vu s’accoupler dans les nasses ou dans les récipients dans lesquels ils ont été transférés après leur prise dans les nasses. Un seul couple a cependant été observé sous le pont de pierres l’après-midi du 6 avril, mais il n’a pas pu être capturé pour examen (J. Martin, comm. perso., 2006). Aucune des 212 femelles n’était porteuse d’œufs ou de juvéniles.

 Par contre, entre le 23 octobre et le 8 décembre, soit une période de 47 jours, l’accouplement a pu être observé à quelque 56 occasions : dans les nasses et dans les récipients de transport et les bassins. Pendant cette saison des amours, l’activité sexuelle a été repartie de façon inégale. Il ressort de la Figure 2 que l’activité a été la plus intensive du 24 au 30 octobre. Par la suite, l’accouplement a baissé,  bien qu’il y ait eu une légère progression immédiatement avant la fin de la saison des amours, le 8 décembre.

On trouvera à gauche de la Figure 3 (diagrammes A, B, C et D) des renseignements plus détaillés sur le nombre d’écrevisses capturées et sur leur taille linéaire avant, pendant et après la saison des amours.

 

        

Figure 2. Graphique montrant la chronologie des principales phases des saisons des amours d’O. limosus  en 2006 et en 2007, fondée sur le nombre d’accouplements observés

 

                                                                                                                                 

 

Pendant la saison des amours, la température de l’eau près des nasses est passée de 14,0 °C  à

3,0 °C ; la glace a commencé à se former sur l’étang le 14 décembre. Les premières neiges de l’hiver 2006-2007 sont tombées sur le Jura (à 5 km au nord-ouest de l’étang) dans la nuit du 19 au 20 novembre.

A plusieurs reprises, nous avons mesuré les couples capturés en pleine activité sexuelle. Mâles et femelles étaient rarement de la même taille; dans certains cas, un mâle était nettement plus gros que son partenaire ; dans d’autres, c’était le contraire. Dans un échantillon d’écrevisses accouplées, la LC des mâles allait de 32 à 48 mm (moyenne de 41,0 mm) et celle des femelles de 36 à 49 mm (moyenne de 41,6 mm), ce qui donne à penser qu’il n’y a pas vraiment de différence entre les individus. On trouvera ci-dessous davantage de renseignements sur ce point portant sur des observations faites en 2007.

 

 

Figure 3. Graphique montrant le nombre d’écrevisses capturées en 2006 (à gauche) et en 2007 (à droite), et leur taille linéaire classée d’après la catégorie de la longueur de la carapace (C.L.C.), telle que définie par Holdich et al., (2006), avant, pendant et après la saison des amours

 

 

Observations sur l’accouplement d’O. limosus en 2007

            Comparé aux années précédentes, le temps que l’on a eu en 2006 peut être considéré comme étant assez normal. Par contre, en 2007, la météo a été plus ou moins maussade de manière continue ; les médias locaux disaient que nous subissions l’hiver en août! En fait, outre diverses autres fantaisies climatiques, il n’y a pas eu d’été à proprement parler. A la mi-2007, il semblait donc peu probable que la  saison des amours de notre écrevisse soit la réplique de celle de 2006.

Du début janvier jusqu’au 22 août, 553 spécimens ont été capturés et examinés, mais aucun accouplement n’a été observé. Toutefois, le 23 août, un couple a été vu se livrant à des débats amoureux dans un seau à vif (un mâle de LC 34 mm et une femelle de LC 31 mm). Un deuxième accouplement  isolé a été observé dans une nasse le 30 septembre (un mâle de LC 41 mm et une femelle de LC 39 mm).

 Peu de temps après, le 8 octobre, la saison des amours a commencé et les accouplements se sont poursuivis sans interruption jusqu’au 7 novembre compris. Au cours de cette période, la température de l’eau aux emplacements des nasses est passée de 16,0 °C à 9,0 °C, puis a continué de baisser jusqu’à atteindre 5 °C le 17 novembre. Les premières neiges de l’hiver 2007-2008 sont tombées sur le Jura dans la nuit du 8 au 9 novembre et sur Cessy dans la nuit du 13 au 14 novembre.

Le plus surprenant, toutefois, fut ceci : pendant les jours qui suivirent, on a observé des cas isolés d’accouplement dans une nasse ou un seau à vif ; le 17 novembre, un mâle de LC 40 mm et une femelle de LC 38 mm, le 22 novembre, un mâle de LC 38 mm et une femelle de LC 39 mm et, le 25 novembre, un mâle de LC 39 mm et une femelle de LC 33 mm (voir la Figure 2).

Nous sommes obligés d’attribuer ces « découvertes » inattendues aux aléas de la météo à partir du 17 novembre ; le jour où la température de l’eau était de 5 °C, la glace a commencé à se former sur l’étang, mais elle ne dura que 4 jours (voir l’Annexe). En outre, à partir du 17 novembre, la température de l’eau a grimpé, passant de 5 °C pour atteindre 8 °C le 25 novembre. Ensuite, et pour la deuxième fois, la glace se forme et on assiste à une nouvelle baisse de la température de l’eau qui atteint 5,5 °C le 30 novembre.

On trouvera sur la partie droite de la Figure 3 (blocs E, F, G et H) des renseignements détaillés sur le nombre d’écrevisses capturées et leur taille linéaire avant, pendant et après la saison des amours.

Tout comme en 2006, il n’a pas été possible de détecter de différence dans les tailles moyennes d’individus sexuellement actifs d’une partie de la saison des amours à une autre (voir le Tableau 3). Nous avons toutefois remarqué que les femelles étaient légèrement plus petites que leurs partenaires (les plus petites femelles actives avaient une LC de 32 mm et les plus petits mâles une LC de 36 mm).

 

Tableau 3. Longueur de la carapace de 40 femelles s’accouplant et de leur partenaire,

 octobre et novembre 2007

 (Les valeurs moyennes sont indiquées entre parenthèses au bas de chaque colonne)

 

Oct. 08–14:    Oct.15–21:     Oct.22–28:     Oct.29 -31:     Nov. 01-03:    Nov. 05-25:

Fe.      Mâ.     Fe.       Mâ.     Fe.       Mâ.     Fe.       Mâ.     Fe.       Mâ.     Fe.       Mâ.

36        40        36        40        32        41        36        41        32        41        33        39

37        39        38        55        33        37        37        40        33        44        36        37

37        39        41        40        34        45        43        44        36        40        38        36

37        40        45        37        37        40        45        44        42        44        38        40

38        45        45        45        38        40        (40,2  42,2)     45        44        39        38

39        44        (41,0  43,4)     45        51                               45        47        40        39

39        48                               (36,5  42,3)                             (38,8  42,7)     41        48

40        47                                                                                                      43        45                   

42        36                                                                                                      (38,5  40,2)

43        36

50        41

(39,8  41,4)

        

Certaines des principales différences et similitudes entre les saisons des amours de 2006 et 2007 

            Quelques différences

            Les différences les plus remarquables étaient les suivantes :

·         Une disparité considérable entre les chronologies et les échelles temporelles (durée) ;

·         Les profils de la température de l’eau n’étaient pas les mêmes : 14 °C descendant à

      3 °C en 2006 et 16 °C descendant à 5 °C en 2007 ;

·         Le nombre d’accouplements enregistrés était plus élevé en 2006 (estimés à 56) qu’en 2007 (estimés à 40 seulement). 

            Quelques similitudes

Les principales similitudes étaient les suivantes :

·         Un processus de synchronisation très prononcé s’est déclenché au début de la saison des amours caractérisé par l’apparition soudaine de nombreux individus s’accouplant ;

·         Certains couples copulaient très brièvement (de quelques minutes à quelques heures), certains individus changeaient constamment de partenaires, alors que d’autres s’accouplaient de façon continue jusqu’à quatre jours ;

·         Nombre de mâles étaient inhabituellement agressifs à l’égard d’autres mâles et envers quelques femelles ;

·         Le gamme des tailles linéaires (valeurs de la LC) était plus étendue au maximum de la

saison des amours qu’avant ou après ;

·         Il y a eu des pics d’activité sexuelle au début de la saison des amours et, mais moins évident, à la fin de la saison ;

·         A la fin de la saison des amours, les femelles ont progressivement disparu des prises faites dans les nasses.

 

Le comportement d’O. limosus pendant l’intervalle entre les phases d’accouplement et de frai du cycle reproductif

            Comme nous venons de le dire, à la fin de la saison des amours, les écrevisses femelles ont vite disparu des prises effectuées dans les nasses et cette situation s’est poursuivie jusqu’à ce que les femelles commencent à frayer, de nombreuse semaines après, au printemps (observations allant de la saison des amours de 2006 à la période du frai de 2007). Par contre, comme le montre la Figure 3, les mâles sont restés actifs bien après la fin de la saison des amours de 2006 et de 2007.

Pour l’instant, il n’y a pas d’explication définitive des différences constatées dans le comportement des mâles et femelles d’O. limosus pendant les mois d’hiver. Toutefois, sur la base d’observations faites pendant la saison des amours de 2006, pendant la période du frai de 2007 et lors de  la période intermédiaire, il semble justifié d’exposer maintenant une séquence spéculative des événements.

Ce faisant, nous avons été influencé par les observations d’O. limosus effectuées en France par Arrignon (1996) et en Suisse par Stucki (2002). Ce dernier, traitant d’O.limosus et de Procambarus clarkii,  a fait remarquer que ces deux espèces ont un cycle de vie différent des autres espèces qu’il avait étudiées ainsi qu’un schéma reproductif plus souple. Citons Stucki (loc. cit.) : «Les deux espèces sont à même de stocker les spermatophores dans leur annulus ventralis. Cela permet de séparer, dans le temps, l’accouplement et le frai.» Cela ressemble étonnement à la situation constatée à Cessy : nous l’interprétons comme présentant deux saisons distinctes dans le temps, l’accouplement et le frai, nettement séparées par une saison intermédiaire (l’hiver) pendant laquelle la majorité des femelles que l’on présume inséminées se lancent dans une longue période d’hibernation.

On peut donc avancer la conclusion suivante : à Cessy, la diminution rapide et la disparition finale des femelles des nasses après la saison des amours a suivi le schéma présenté par Arrignon (1996), à savoir que les femelles inséminées se sont retirées dans des refuges appropriés pour pouvoir incuber leurs œufs, étant ainsi en sécurité sans être molestées par les mâles et leurs prédateurs. Elles y sont

 

 

restées jusqu’à ce que les conditions deviennent favorables pour leur permettre de quitter leur refuge et frayer et ce d’une manière aussi synchronisée que le début de la saison des amours. 

Si nous acceptons cette hypothèse, deux questions se posent  immédiatement : où les femelles hibernent-elles et y a-t-il eu accouplement pendant la période intermédiaire (l’hiver)?

Compte tenu du rapport qui existe entre le nombre d’écrevisses prises dans une nasse spécifique et l’emplacement de cette nasse, il semble fort probable que la majorité des femelles inséminées (et peut-

être aussi les jeunes femelles et quelques mâles) hivernaient dans les crevasses entre les blocs de calcaire brut utilisés pour construire les berges empierrées des Secteurs O1 et S1, là où l’étang se rétrécit vers sa sortie sous le pont en pierre (voir la Figure 1). On trouvera ci-dessous d’autres observations à l’appui de cette opinion quand nous traitons de la saison des amours.

Ce qui est dit à l’alinéa précédent semblerait  exclure la possibilité d’autres accouplements en hiver. Remarquons aussi qu’entre le début de décembre 2006 et le fin d’avril 2007, les nasses ont été relevées à 300 reprises au moins, mais aucune écrevisse sexuellement active n’a été vue. Quoi qu’il en soit, il y a toujours la possibilité que quelques mâles puissent suivre les femelles dans leur refuge hivernal et les honorer ; mais il est peu probable qu’une copulation occasionnelle et cachée soit d’une grande importance, comparée au grand nombre d’accouplements observés pendant la saison des amours d’octobre à novembre.

 

La ponte des œufs et le développement des jeunes écrevisses

            La ponte des œufs

            Le 20 avril 2007, le cadavre d’une O. limosus femelle porteuse d’œufs (grainée) d’une LC de 48 mm a été récupéré à une profondeur d’environ 80 cm (température de l’eau 18,0 °C) dans le Secteur N3 de l’étang (J. Martin, comm. perso., 2007). C’était là le premier signe de la fin de la période hivernale présumée d’hibernation des femelles et de ce que la saison du frai allait commencer. Le 3 mai, une autre femelle grainée a été trouvée dans une nasse proche du pont en pierre au Secteur S1, à une profondeur d’environ 1,5 m et à une température de l’eau de 18,5 °C ; sa LC était de 48 mm.

            C’est le 9 mai que nous avons vu pour la première fois les femelles porteuses de juvéniles,

ceux-ci étant fixés aux pléopodes (pattes ovigères, pattes abdominales) de la mère.

            Le Tableau 4 donne des détails sur le nombre de spécimens capturés en mai, le seul mois où des femelles porteuses d’œufs ou de juvéniles ont été vues. Ces données démontrent clairement que, entre autres, un plus grand nombre de femelles reproductives ont été trouvées dans le Secteur S1 adjacent à une berge empierrée du Secteur O1 où il y avait une berge de terre, consolidée seulement par les racines des plantes et arbres semi-aquatiques.

 

Tableau 4.  Prises d’O. limosus de l’étang de Cessy, mai 2007

Deux nasses fonctionnant pendant 28 jours, 24 heures par jour dans chacun

 de deux emplacements

(Les femelles sont classées comme suit : FF – sans œufs ou sans juvéniles,

 FO - porteuses d’œufs et FJ - porteuses de juvéniles)

 

               Berge empierrée, Secteur S1                   Berge de terre, Secteur O1                                                                      

             Femelles                                                    Femelles         _

Date        Mâles    FF  FO   FJ    Tot.   TOT.         Mâles    FF   FO   FJ     Tot.   TOT.    

01 – 15      23          1      3      6     10       33                 14         0      0      0        0       14

16 – 19        4          8      0      7     15       19                   2         4      0      0        4         8

20 – 25        2        27      0      7     34       36                  6       14      0      2      16       22

29 – 31        1        28      0      2     30       31                   2       11      0      0      11       13                

Total :       30        64      3    22     89     119                 24       29      0      2      31       57         

 

                                                                                                                                                     

 

            Pendant la première semaine de juin, 11 mâles et 33 femelles sans œufs ou juvéniles ont été capturés dans le Secteur S1. Par contre, 8 mâles et 10 femelles sans œufs ou juvéniles ont été capturés dans le Secteur O1.

            Entre avril et juin, nombre d’essais ont été faits pour collecter des couples copulants, des femelles porteuses d’œufs ou de juvéniles ou des juvéniles indépendants dans diverses autres parties de l’étang en employant des nasses à poisson-chat, des nasses à écrevisses, diverse épuisettes (servant à collecter les

invertébrés de la végétation littorale), des refuges artificiels et un piège de Surber appâté, mais sans succès (J. Martin, comm. perso., 2007).

            La seule conclusion que l’on peut tirer de nombre de ces observations est que lors des saisons des amours et du frai, l’emplacement le plus attrayant pour se livrer à ces deux activités était l’extrémité ouest du Secteur S1 où les berges de l’étang étaient empierrées. Malheureusement, pour l’instant, aucune raison réaliste ne peut être avancée pour expliquer ce type de comportement localisé (ou focalisé?).

            Enfin, il vaut la peine de mentionner que le 13 mai, une nasse du Secteur S1 contenait un mâle, LC de 44 mm, qui avait environ 40 juvéniles actifs accrochés à diverses parties de son corps. 

            Le développement des jeunes écrevisses

            Pendant l’année 2007, nous n’avons pas eu assez de temps pour faire une étude détaillée du taux de croissance des individus nés au printemps. Nous avons toutefois placé quelques juvéniles dans des bacs à vitre de jardin au début du mois de mai et avons mesuré des échantillons de temps à autre. Résultats : la LC des spécimens étudiés était de 4,4 à 4,6 mm en mai, de 11,2 à 14,0 mm au début d’août et de 12,0 à 17,0 mm au début d’octobre. En même temps, nous avons vu que le taux de croissance était plus élevé dans les bacs qui contenaient peu de juvéniles (< 5) que dans ceux où les jeunes étaient nombreux (> 5).

            Cette étude a pris fin le 20 octobre, lorsque la glace se forme sur les bacs.            

             

Discussion et conclusions

            Les études effectuées à l’étang de Cessy en 2006 et 2007 nous amènent à avancer une opinion générale concernant le cycle reproductif de l’écrevisse Orconectes limosus. Notre connaissance de cette

 espèce étrangère reste toutefois incomplète et fait qu’il nous est difficile de déterminer exactement

comment cela cadre avec les conclusions d’études faites dans nombre d’autres régions d’Europe, dont plusieurs ont été examinées et résumées dans de récentes publications, notamment par Souty-Grosset et al. (2006), Neveu (2006) et Holdich & Black (2007), et qu’il n’est pas nécessaire de répéter ici.

La période pendant laquelle il a été possible de collecter à Cessy des écrevisses portant des œufs et/ou des juvéniles correspond largement à ce qui a été observé dans d’autres populations européennes de cambaridés et qui a été résumé à la Figure 4 ; ce graphique présente côte à côte a) les données de Cessy, b) les données d’une ancienne gravière anglaise (Clifton Pond) où O. limosus a été capturée dans des nasses cylindriques (comme les nasses suédoises du modèle “Trappy”) qui avaient été appâtées, et c) les données provenant de la rive rocheuse sud du lac pré-alpin Lauerz dans le canton suisse de Schwyz où O. limosus a été capturée dans les eaux claires par des plongeurs en scaphandre autonome.

            Par contre, les données de la Figure 4 montrent les disparités du comportement sexuel

d’O. limosus d’un lieu à un autre, des disparités qui ne peuvent être expliquées de façon plausible pour l’instant.

Comme le montre le Tableau 2, le nombre d’O. limosus capturées en 2007 était presque le même que celui de 2006, ce qui signifie, pour l’instant, que la densité démographique est relativement stable. Cette hypothèse, liée au fait qu’on n’a pas constaté de détérioration de la qualité environnementale de

l’étang, nous amène à penser que le niveau de densité actuel ne devrait pas actuellement susciter d’inquiétude.

Toutefois, tant en 2006 qu’en 2007 le pourcentage de femelles était assez élevé (38,5% et   38,9%) ; ce facteur doit nous rappeler que dans les années où les conditions hydrologiques et

 

 

 

 

Figure 4. Représentation graphique des principales phases du cycle reproductif d’O. limosus à Cessy (2006 et 2007) comparée aux données de Clifton Pond (Angleterre), collectées par Holdich & Black (2007) et du lac Lauerz en Suisse, collectées par Stucki (2002). Abréviations utilisées : A – phase d’accouplement et de stockage de sperme; B - phase d’accouplement, de stockage de sperme et de transport d’œufs par la mère; C - phase pendant laquelle les œufs sont portés par la mère; D - phase pendant laquelle les juvéniles sont portés par la mère; E – phase de stockage de sperme; F – phase pendant laquelle des accouplements isolés ont été observés.

 

météorologiques seront optimales (bien plus qu’en 2007), il pourrait y avoir une augmentation du taux de reproduction et une expansion démographique concomitante. Le cas échéant, une autre caractéristique du comportement d’O. limosus pourrait être utilisée pour contribuer à amener la densité démographique à un niveau acceptable.

Nous faisons ici allusion à une des «découvertes» les plus intéressantes de 2007. Je m’explique : bien que notre bestiole se trouvait presque partout dans l’étang, pendant la période de l’année  où avaient lieu les accouplements et le frai, un grand nombre d’écrevisses semblait se concentrer dans un assez petit secteur aquatique juste en amont du pont de pierre. Nous ne sommes pas encore en mesure d’expliquer ce comportement, mais nous comprenons que les écrevisses concernées se mettent dans une situation assez risquée. L’usage intensif de nasses appâtées au moment où se déroulent les phases les plus critiques du cycle reproductif (accouplement, femelles porteuses d’œufs et/ou de juvéniles) et dans les endroits de l’habitat où O. limosus se concentre, pourrait être un moyen efficace et écologique de maintenir la population d’écrevisses ciblée à un niveau de densité suffisamment bas. Ce ne serait manifestement pas une technique d’endiguement à utiliser universellement, mais cela pourrait être très efficace pour lutter contre les populations d’O. limosus qui envahissent étangs et petits lacs.

 

Remerciements

            Il faut remercier tout particulièrement Williame Coosemans, président de l’APEC, pour son intérêt constant pour le projet Écrevisse de Cessy et pour avoir toujours fourni les données météorologiques à jour.

Je suis très reconnaissant à Jérémy Martin qui, dans le cadre d’une convention entre l’École M.F.R.E.O. de Mondy (Drôme) et l’APEC, a reçu une formation technique et pratique à Cessy. D’avril à juin 2007, il a procédé à des essais de techniques d’échantillonnage d’écrevisses et a collaboré à la cartographie et à l’élaboration des schémas en coupe des berges de l’étang nécessaires à l’étude APEC des écrevisses.

Merci encore à mon fidèle traducteur Christian Stenersen.

 

 

 

Références

- Arrignon, J. (1996). Les écrevisses. La Pisciculture Française [Numéro spécial] : 1–35.

 

- Baldry, D. (2007a). Étude de l’écrevisse américaine Orconectes limosus (Rafinesque, 1817)  dans l’étang de Cessy, Pays de Gex, 01170 (France). I. Objectifs, l’étang, les techniques utilisées et quelques observations initiales. L’Astaciculteur de France, Bulletin  N° 91: 2–12.

 

- Baldry, D. (2007b). Étude de l’écrevisse américaine Orconectes limosus (Rafinesque, 1817)  dans l’étang de Cessy, Pays de Gex, 01170 (France). II. Observations d’O. limosus à de faibles températures environnementales. L’Astaciculteur de France, Bulletin  N° 92: 2–14.

 

- Coosemanns, W.(2007). CESSY-METEO. Amicale des Pêcheurs de L’Etang de Cessy.

 

- Holdich, D.M., Peay, S., Foster, J., Hiley, P. & Brickland, J. (2006). Studies on the white-clawed crayfish (Austropotamobius pallipes) associated with muddy habitats. Proceedings of CRAYNET Florence conference 2005. Bulletin  français  de la pêche et de la pisciculture, 380-381: 1055-1078.

 

- Holdich, D. & Black, J. (2007). The spiny-cheek crayfish, Orconectes limosus (Rafinesque, 1817) [Crustacea: Decapoda: Cambaridae], digs into the UK (2007). Aquatic Invasions  Vol. 2, Issue  1: 1-16.

 

- Neveu, A. (2006).  Les écrevisses étrangères sont-elles invasives ? Quelles caractéristiques expliquent leur développement ? L’Astaciculteur de France, Bulletin N° 86: 2–11.

 

- Souty-Grosset, C., Holdich, D.M., Noël, P.Y., Reynolds, J.D. & Haffner, P. (Eds) (2006).  Atlas of Crayfish in Europe. Muséum national d’Histoire naturelle, Paris (Patrimoines naturels, 64), 187 p. ISBN: 2-85653-579-8.

 

- Stucki, T.P. (2002). Differences in life history of native and introduced crayfish species in Switzerland.  Freshwater Crayfish 13: 463-476.

 

 

 

Annexe

 

Choix de cartes de l’étang montrant les températures de l’eau et l’avancée et le recul des eaux ouverte (zones noires) et de la glace (zones blanches) du 17 au 30 novembre 2007.